[Vidéo] Essai Massey Ferguson MF7719 S - B. Lhotte : « Polyvalence, capacité, confort et maniabilité... tout y est ! »

[Vidéo] Essai Massey Ferguson MF7719 S - B. Lhotte : « Polyvalence, capacité, confort et maniabilité... tout y est ! »

En pleine moisson, Bruno Lhotte s’est installé aux commandes du Massey Ferguson MF7719 S. Une bonne façon de vérifier si l’engin répond aux besoins quotidiens de son exploitation. Maniabilité, facilité de prise en main, précision et réactivité de la transmission, visibilité, confort en cabine, fonctionnalité et technologie embarquée… tout est passé au peigne fin. À première vue, l’agri essayeur est conquis par le confort et la maniabilité de l’engin. Seul bémol dans son cas : l’absence de concession à proximité de la ferme. 25 km minimum, c’est un peu loin pour en avoir un dans la cour.

Cliquez sur la vidéo pour la lancer

Bruno Lhotte exploite 180 ha sur trois sites situés autour de Lagny près de Noyon dans l’Oise. Il vient d’essayer le tracteur Massey Ferguson 7719 S directement sur son exploitation. Sa mission : prendre les commandes de l’engin et l’utiliser sur sa ferme comme s'il venait de l'acheter. Le fermier s’est donc installé au volant du modèle le plus puissant de la gamme MF7700 à châssis court. À peine sorti de la chaîne de montage de l’usine de Beauvais que le tracteur a pris la route pour rejoindre les parcelles de Bruno pour transporter la récolte de blé dans la benne de 18 t de capacité. La machine de 190 ch répondra-t-elle aux besoins quotidiens de la ferme en termes de polyvalence, de capacité, de confort et de maniabilité ? Verdict du paysan : « Tout y est ! ».

Une bonne visibilité pour un tracteur de 200 ch

« Le plus bluffant ? C’est la visibilité à bord ! Elle a vraiment été travaillée par les ingénieurs. Ils ont réussi à intégrer les composants du système de dépollution des gaz d’échappement nécessaires pour répondre aux exigences du Stage V sans nuire à la visibilité. Beau boulot ! Une fois assis au volant du tracteur, rien n’entache la visibilité. C’est vraiment un point fort, surtout sur un modèle de 200 ch ! » La forme du capot n’est ni trop longue, ni trop large. Résultat : la visibilité est bonne où qu’on regarde ! À souligner aussi la maniabilité. « La taille de guêpe aide à garder un rayon de braquage court, s’exclame le producteur. C’est rare sur les modèles de ce gabarit. » Sans oublier les rétroviseurs grand angle, désormais imposés par la norme dite "Mother Regulation", qui mettent fin aux angles morts.

« Le petit bémol se situe côté attelage », complète Édouard, son fils.  « C’est important de bien voir les bras de relevage et le piton de la benne. Le plus souvent, c’est la difficulté sur les tracteurs de cette puissance. Là aussi, c’est le problème. Cependant, Massey Ferguson a pensé à installer un rétroviseur sur la vitre arrière. Il suffit donc de l’ouvrir pour mettre le miroir en position. Aussitôt, l’opérateur bénéficie d’un meilleur angle de vue. Du coup, une fois qu’on a pris le coup, ça aide bien pour atteler ses outils ! », ajoute-t-il.

Prise en main facile malgré le niveau de technologie embarquée

La version S est une finition plutôt haut de gamme et bardée de technologies. Fonctions automatiques de bout de champs, Datatronic 5, guidage GPS… les dernières technologies de la marque sont présentes à bord ! « Beaucoup de fonctionnalités auxquelles je ne suis pas habitué, surtout que la marque est différente de celle dont je suis équipé. Malgré tout, la prise en main est plutôt facile. Bien entendu, il m’a fallu un temps d’adaptation mais pour utiliser le GPS, il m’a suffi de prendre le petit livret fourni par le constructeur pour faire fonctionner le système. Au final, rien de sorcier ! Et surtout, des tonnes de possibilités », apprécie l’homme.

Près de Noyon, autant dire que la terre est sèche ! Difficile, voire impossible de tester les performances du tracteur en termes de capacité de traction et d’adhérence. « Déchaumer avec le Köckerling de 4 m de ce temps-là, c’est juste bon à tout casser ! Alors mieux vaut attendre la pluie avant de travailler le sol. Idem côté semis de couverts végétaux. Certes, la règle l’impose mais à quoi bon semer la graine ? Rien ne va germer. La seule parcelle que mon fils a travaillée a permis de vérifier que l’engin est collé au sol et qu’il en faut plus pour faire pâlir les 190 ch du moteur Agco Power six cylindres de 6,6 l de cylindrée. Sans oublier la surpuissance de 30 ch qui pousse à 220 ch si le tracteur en a besoin. » « Je ne me suis pas intéressé à la consommation de carburant mais ce n’est pas choquant. Sinon, j’aurai déjà dû refaire le plein de GNR ! », ajoute l’exploitant.

 La boîte Dyna-VT est en même temps douce et très réactive

« Sur route, avec la benne remplie de blé, on voit bien qu’il en a dans le ventre ! La transmission à variation continue Dyna-VT propulse l’engin à plus de 50 km/h sans aucun problème », précise l’agriculteur. Attention tout de même à ne pas rouler trop vite car le code de la route français prévoit que les engins agricoles n’excèdent pas 40 km/h, s’ils sont homologués pour circuler à cette vitesse. Sinon, c’est 25 km/h. « La boîte Dyna-VT est en même temps douce et très réactive. Plus j’appuie sur la pédale d’avancement, plus ça répond ! Le seul défaut observé est situé au niveau du changement de gamme. Impossible de passer d’un mode à l’autre sans être arrêté ! Je suis habitué à une autre marque de boîte, sur laquelle on peut le faire. Mais globalement, rien à voir. Celle-ci est vraiment un cran au-dessus ! En outre, la souplesse est au rendez-vous. Aucun à-coup », indique-t-il encore.

Tellement confortable que c'est le matériel qui risque de souffrir

« La suspension mécanique active de cabine combinée au pont avant suspendu, c’est un régal. Difficile de savoir que je suis au volant de mon tracteur », admire le paysan. « C’est mon dos qui va apprécier ! Par contre, le matériel risque de souffrir. Certains chauffeurs pourraient l’oublier et rouler encore plus vite. Sans oublier l’insonorisation, qui abaisse encore la remontée de bruits et donc n’alerte plus l’opérateur », souligne-t-il. C’est un bon point lorsqu’il s’agit de passer des journées entières à travailler, assis dans la cabine. La fatigue arrive moins vite.

À la question « le tracteur a-t-il sa place dans votre ferme ? », Bruno confirme qu’il est convaincu par les performances de la machine. Son seul regret : la première concession de la marque est installée à Monchy-Humières, à environ 25 km de l’exploitation. « Trop loin pour moi, d’autres marques sont implantées plus près. C’est dommage, ce tracteur correspond à mes attentes, sans compter le confort et la maniabilité. Que du plus ! »